top of page

Comprendre la Dermite Estivale : Causes et Traitements

La dermite estivale, également connue sous le nom de dermatite estivale récidivante (DER), est une affection cutanée courante chez les chevaux, mais qui peut aussi toucher les humains. Elle se manifeste principalement pendant les mois chauds de l'année. Cette maladie inflammatoire de la peau, souvent aggravée par les piqûres d'insectes, est non seulement inconfortable pour les animaux, mais elle peut également poser des défis significatifs pour leurs propriétaires.

Qu'est-ce qui se passe au niveau de la peau lors de la dermite estivale?

La dermite estivale est une réaction inflammatoire de la peau qui résulte d'une hypersensibilité à la salive de certains insectes piqueurs, notamment les moucherons du genre Culicoides. Cependant, il est essentiel de comprendre que cette condition repose sur un terrain immunitaire particulier.

Baisse de l'immunité et inflammation

La peau est le premier rempart de l'organisme contre les agressions extérieures. Lorsqu'il y a une baisse de l'immunité, ce bouclier naturel devient moins efficace. Cette diminution de la défense immunitaire peut être due à divers facteurs tels que le stress, une alimentation déséquilibrée, ou encore des conditions environnementales défavorables.

Lorsque le système immunitaire est affaibli, la peau devient plus réactive et sensible. Les substances normalement inoffensives peuvent alors provoquer une réaction inflammatoire. Dans le cas de la dermite estivale, cette inflammation est souvent exacerbée par les piqûres d'insectes, qui injectent des protéines étrangères dans la peau. Le corps réagit en déclenchant une réponse inflammatoire excessive, qui se manifeste par des démangeaisons intenses, des rougeurs, et parfois des lésions cutanées.



Rôle des piqûres d'insectes

Les piqûres d'insectes jouent un rôle crucial dans l'exacerbation de la dermite estivale. Les moucherons injectent leur salive dans la peau pour empêcher la coagulation du sang, ce qui déclenche une réponse immunitaire chez les individus sensibilisés. Cette réponse se traduit par une libération de médiateurs inflammatoires, tels que l'histamine, qui intensifient les symptômes de la dermite estivale.

L'efficacité de l'huile ozonée à 30% formulée avec de l'huile d'amande douce

Face à cette problématique, plusieurs traitements peuvent être envisagés. Parmi eux, l'utilisation de l'Huile ozonée à 30% formulée avec de l'huile d'amande douce a montré une grande efficacité.

Propriétés de l'huile ozonée

L'huile ozonée est obtenue en injectant de l'ozone dans une huile végétale. L'ozone est un puissant agent oxydant qui possède des propriétés antimicrobiennes et anti-inflammatoires. Lorsqu'il est intégré dans une huile, il forme des ozonides, qui libèrent progressivement de l'ozone au contact de la peau, favorisant ainsi la cicatrisation et réduisant l'inflammation.

Bienfaits de l'huile d'amande douce

L'huile d'amande douce, quant à elle, est reconnue pour ses propriétés hydratantes et apaisantes. Riche en acides gras essentiels et en vitamines A et E, elle nourrit la peau en profondeur, favorise sa régénération et calme les irritations.

Synergie des deux huiles

L'association de l'huile ozonée à 30% et de l'huile d'amande douce crée une synergie efficace contre la dermite estivale. L'huile ozonée combat les infections et diminue l'inflammation, tandis que l'huile d'amande douce hydrate et répare la peau. Ensemble, elles offrent une solution naturelle et puissante pour soulager les symptômes de la dermite estivale, restaurer la barrière cutanée et prévenir les récidives.

Conclusion

La dermite estivale est une affection cutanée complexe qui implique une réponse immunitaire exacerbée et une inflammation de la peau. La baisse de l'immunité rend la peau plus vulnérable aux agressions extérieures, notamment aux piqûres d'insectes, qui aggravent les symptômes. L'utilisation de l'huile ozonée à 30% formulée avec de l'huile d'amande douce représente une approche prometteuse pour traiter cette condition, grâce à ses propriétés anti-inflammatoires, antimicrobiennes et réparatrices

Comments


bottom of page